Docteur MALANDA
 

Ponction Lombaire : étude du LCS

 

Qu’est-ce que le liquide cérébrospinal (LCS) ? (Anciennement liquide céphalorachidien : LCR)

Le LCS est le milieu dans lequel baigne le système nerveux (cerveau et moelle). Il a un double rôle essentiel de protection (contre les agents infectieux, les toxiques… les traumatismes) et d’échanges avec le sang par l’intermédiaire de la barrière hémato-méningée.

Il est sécrété et résorbé sans interruption : il est entièrement renouvelé 3 à 4 fois en 24 h.

Comment le recueille–t’on ?

Il est recueilli au moyen d’une ponction lombaire (PL) qui est un geste simple pouvant rapidement être réalisé aux urgences ou sur un lit dans une chambre. Le prélèvement se fait au moyen d’une aiguille en piquant la peau entre 2 vertèbres en dessous de la 2e vertèbre lombaire. Le liquide normal est transparent (eau de roche) ; il est trouble dans les infections et sanglant au cours des hémorragies.

Que mesure-t’on ?

On compte le nombre de cellules dans le LCS : normalement moins de 2 cellules par mm3, au-delà on parle de réaction cellulaire et de méningite. On dose les protéines totales (la protéinorachie) qui est comprise entre 0,28 et 0,52g/l. On dose la glycorachie qui est abaissée dans les infections. On recherche une production locale d’immunoglobulines reflet d’une inflammation spécifique du LCS (ex : dans la SEP) ou des cellules anormales dans les infiltrations tumorales.

Dans quelles pathologies doit-on le prélever ?

Son étude est indispensable au diagnostic des infections du système nerveux comme les méningites et les encéphalites. La réalisation d’une PL est une urgence absolue notamment lorsqu’une méningite bactérienne est suspectée. L’étude du LCS permet le diagnostic d’atteinte herpétique ou de maladie de Creutzfeld-Jacob.

Il est très utile au diagnostic des pathologies inflammatoires comme la Sclérose en plaques, le syndrome de Guillain et Barré…

Il peut permettre un diagnostic d’hémorragie méningée notamment lorsque le scanner cérébral est normal.

Dans certains cas, l’accumulation progressive du LCS conduit à une hydrocéphalie chronique. Les signes sont alors un ralentissement de la marche et un déséquilibre vers l’arrière, des difficultés pour retenir les urines ou une lenteur psychique. La soustraction d’une certaine quantité de liquide (30cc) permet le diagnostic et parfois améliore durablement les patients.

Plus récemment l’étude de protéines spécifiques du LCS a apporté une aide diagnostique pour certaines maladies dégénératives comme la maladie d’Alzheimer (protéines béta amyloïde et tau).

Il est une aide au diagnostic de certains cancers avec extension au système nerveux.

Est-ce que la ponction lombaire est douloureuse ?

Habituellement la PL est un geste facile à réaliser qui n’entraine pas de douleurs sauf celle de la piqure cutanée. Dans certaines conditions (arthrose ou déformation rachidienne), il sera nécessaire de réaliser la PL après un repérage radiologique.

Quels sont les risques de la ponction lombaire ?

La seule complication fréquente de la PL, qui survient surtout chez les sujets jeunes, est l’apparition de céphalées post PL. Ce sont des céphalées et des cervicalgies qui surviennent quelques heures après, en position assise ou debout et qui disparaissent en position allongée. Elles peuvent durer plusieurs jours. Dans certaines circonstances, la réalisation d’un blood patch (injection au contact de la dure-mère de sang du patient) les fait rapidement disparaître.

Les autres complications (infection…) sont exceptionnelles.